Dimanche 24 Septembre 2017
Les 5 derniers articles
Les 5 derniers articles
Commentaires
Les 5 derniers commentaires
Le point à l’horizon 2020 sur les marchés de la Smart City, du Smart Grid et des Objets Connectés dans la ville
En amont du Salon Smart City + Smart Grid qui se tiendra les 4 et 5 Octobre 2017 à Paris Expo Porte de Versailles, voici un point à l’horizon 2020 sur les marchés de la Smart City, du Smart Grid, des Objets Connectés dans la ville.

“Le marché mondial de la Smart City devrait atteindre 1,4 trillion de dollars en 2020”

Face à l’accroissement rapide de la population dans les zones urbaines, les mégapoles sont confrontées à de nouveau défis. Eau, énergie, mobilité, éclairage public ou sécurité des habitants, autant d’enjeux auxquels répond l’internet des objets. Bienvenue dans l'ère de la Smart City.

Les capteurs prennent leurs quartiers dans les villes

Ces dernières années, l’exode urbain entraîne à la fois un renforcement de la densité de population et l’apparition de nouveaux besoins dans les villes. En 2015, les habitants de Mexico City ont perdu 102 heures dans les embouteillages, estime une étude du navigateur GPS TomTom(1). Le premier défi de la ville intelligente est donc celui de la mobilité : on estime que ce marché connaîtra une forte croissance annuelle d’ici à 2020 (15,2 %)(2). Dématérialisation du ticket de transport, désengorgement du trafic, développement des systèmes de stationnement intelligent et de téléguidage… sont autant de chantiers permettant de fluidifier la vie en ville.

Si la mobilité est un volet clé de la Smart City, la dimension environnementale est également un sujet de premier plan. Gestion et production autonome d’énergie, optimisation des flux dans les réseaux d’approvisionnement… les applications « smart » se multiplient pour concilier vie en ville et développement durable. À Nice, par exemple, les capteurs ont gagné la ville pour optimiser la collecte des déchets ou n’allumer les lampadaires que lorsqu’une présence est détectée.

Adopter une approche transversale

La mise en place d’une stratégie Smart City est un processus impliquant un ensemble de technologies :
- des systèmes de capteurs embarqués,
- des solutions de data visualisation et d’analyse de données,
- des espaces de stockage des données dans le Cloud,
- des réseaux de communication sans fil, à longue ou courte portée,…

Pour mener à bien la révolution de la Smart City, ses acteurs doivent donc développer une approche transversale, impliquant fournisseurs d’objets connectés, start-up innovantes et multinationales, municipalités et usagers.

Sans oublier les acteurs de la sécurité, en charge de protéger les innombrables données de la Smart City, qui constituent autant d’actifs stratégiques. Un marché clé qui pourrait atteindre 77,2 milliards de dollars à l’horizon 2020(2).

(1) Source : “TomTom Traffic Index, Measuring congestion worldwide”, 2015.
(2) Source : “Smart Cities Market Expected To Reach USD 1,422.57 Billion by 2020”, Grand View Research, Avril 2016.

Le cabinet de conseil Markets & Market estime ainsi que la croissance annuelle du marché de la smart city sera de 19,4 % d’ici 2020, pour un total de 758 milliards de dollars.

Selon le dernier rapport de Navigant Research, Smart City Tracker 1Q17, le marché global des smart cities, à travers les solutions et services proposés, pèse aujourd’hui 40 milliards de dollars et devrait s’élever à 97,8 milliards d’ici 2026 ! En tant que réflexion autour de la ville du futur, la smart city met en place des initiatives en matière d’énergie, de construction ou encore de gestion urbaine. Mais l’un des grands chantiers, qui a déjà débuté, est celui des transports (18% des 252 projets observés dans le rapport)

Selon un rapport du Gouvernement édité en 2016, le déploiement des smart cities constitue une opportunité économique pour nos entreprises, en France comme à l'étranger

Le marché global de la smart city fait l’objet d’évaluations diverses. À l’horizon de 2020, différentes études le situent entre 400 Md$ (Etude ARUP) et 1 600 Md$ (Source Frost & Sullivan) Un consensus semble se dessiner autour de 1 050 Md$. En réalité, ces études estiment davantage le marché de la ville, y compris dans sa dimension numérique, que de la seule couche numérique qu'on pourrait entendre dans smart city
.
La France dispose d’une expertise reconnue mondialement dans les marchés des services publics locaux (eau, énergie, déchets, notamment), ce qui place ses entreprises dans des positions dominantes dans leurs marchés respectifs. L’enjeu pour les entreprises françaises consiste à bénéficier de ces perspectives de croissance en conservant une position de leader sur les métiers de la ville sans devenir les équipementiers des entreprises d'infrastructures numériques ou des entreprises de services, interfaces avec l’utilisateur final comme Google, au risque d'une captation à leurs dépens de la valeur ajoutée liée à cette activité.

Toujours selon le rapport du Gouvernement : une enquête menée par Ipsos pour Transdev, auprès d’élus de collectivités urbaines, indique que 74 % d’entre eux jugent prioritaire l’intermodalité entre les différents types de transport. 78 % pensent également qu’il est important de mettre en place des services spécifiques et complémentaires tels que l’autopartage et les vélos en libre-service.

Le marché de la Ville Intelligente et des Objets Connectés à l’horizon 2020

Une étude, publiée en 2016 par le cabinet Grand View Research, estime que le marché mondial de la ville intelligente pourrait peser 1,4 trillions de dollars en 2020. Avec, en guise de locomotive, le secteur de la mobilité connectée.

IDATE DigiWorld estime à plus de 2 milliards le nombre d’objets connectés déployés d’ici cinq ans dans les villes, pour répondre aux besoins en mobilité, environnement, sécurité publique et gestion des flux, offrant ainsi de réelles opportunités pour le développement de services urbains innovants.

Selon différentes analyses, le nombre d’objets connectés devrait s’accroître très sensiblement dans les années à venir : 26 Md d’objets connectés en 2020 d’après Gartner à 75 Md d’après Morgan Stanley. Cela s’explique en partie par les facteurs techniques avec une baisse des coûts des capteurs, une augmentation de la puissance des processeurs et une miniaturisation des capacités de stockage. Les smart cities sont un des terrains de développement de l’Internet des objets (IoT). Cette massification du marché des objets connectés entraîne également une massification des données collectées. Ainsi, 90 % de l’ensemble des données aujourd’hui disponibles ont été créées ces deux dernières années

D'ici 2020, 32 milliards de ces nouveaux outils pourraient générer 44 zetta-octets (44 000 milliards de giga-octets) de données (Source IDC).

Selon un nouveau rapport de recherche sur le marché des infrastructures comptage intitulé « Marché de l'infrastructure de mesure par appareil (compteur d'eau, d’électricité ou de gaz), solution (MDM, compteur de données Analytics, Sécurité AMI et Infrastructure de communication), services et par régions - Prévisions mondiales à l'horizon 2020 », publié par le cabinet MarketsandMarkets, la taille du marché devrait passer de 4,2 milliards d'euros en 2015 à 9,198.6 milliards d'euros d'ici 2020, avec un taux de croissance annuel de 15,5% au cours de la période de prévision.

Montée en puissance des marchés des Smart Grids, Cities et Waters…

Le marché mondial du Smart Grid est estimé entre 75 à plus de 100 Milliards de dollars en 2020 (Source des cabinets Navigant Research et Transparency Market Research) avec un taux de croissance à 2 chiffres de l’ordre de 15%.

Outre les réseaux intelligents et les compteurs, la rénovation énergétique des bâtiments et les transports sont des activités à fort potentiel, génératrices d’emploi pour le futur. En France, le gouvernement compte sur l’ouverture de 10 000 postes dans les réseaux électriques intelligents, 16 000 dans la gestion de l’eau et 75 000 dans la rénovation énergétique d’ici 2020.

Ainsi, le concept des smart cities semble porteur de croissance économique à l’avenir, influençant les marchés concernés et créant des emplois nécessaires à la transformation des espaces urbains de demain, et ce grâce à l’impulsion donnée par les objectifs gouvernementaux.

Dans le domaine énergétique, la collecte, le traitement et l’analyse des données étaient possibles. Mais les systèmes permettant de recueillir des données ou de les certifier étaient coûteux. C’est dans ce contexte que la blockchain va trouver sa place.

Elle va assurer une transparence des données tout en facilitant leurs transactions à très bas coût.
L’association de la blockchain et du Smart Grid laisse place à une relation locale de production et de consommation d’énergie renouvelable, que nous pouvons qualifier d’efficiente. L’échange de crédits énergétiques est assuré par la blockchain qui favorise le développement du Smart Grid.

Rappel

Lieu d'échanges et de rencontres pour une vision globale des marchés : du Très Haut Débit, des infrastructures et des réseaux intelligents (smart grids, smart gaz grids, smart waters, smart meters, réseaux bas débits, systèmes interopérables, protocoles de communication), du stockage de l’énergie…De l’exploitation à la valorisation des données Open Data/Big Data, de l’IoT et des objets connectés pour servir la Smart City…à la Mobilité durable…l’édition 2017 de Smart City + Smart Grid sera plus que jamais la rencontre des projets et des solutions.

Vitrine des réseaux intelligents pour les villes et les territoires, cette 4ème Edition, qui se tient de nouveau en parallèle du salon IBS Intelligent Building Systems, réunira durant 2 jours :

- 90 sociétés exposantes, principaux acteurs de ces marchés

- 4 500 visiteurs professionnels, porteurs de projets et détenteurs de budgets : collectivités locales et territoriales (urbanisme, environnement, énergie, transport, voirie, systèmes d’information), SEM, EPA, régies, agences de développement, opérateurs en énergie & utilities, opérateurs de services publics et privés (eau, déchets, efficacité énergétique, performance environnementale, mobilité), gestionnaires et exploitants de patrimoine immobilier public & privé…

- 20 tables-rondes et 15 ateliers-experts : LE temps fort du salon. Parmi les thèmes abordés en 2017 : Se déplacer en ville : plus que quelques mois pour réinventer le stationnement urbain, solutions et exemples de smart parking – Equiper la ville : réseaux bas débits, quels réseaux pour quels usages - Piloter les équipements urbains (éclairage, vidéo surveillance, flux de circulation, panneaux d’information) – Optimiser la ville : les micro grids et démonstrateurs smart grids pour optimiser la ville - Sécuriser la ville : de la safe city à la smart city – Manager la ville : open data et gouvernance des projets smart city – Préserver les liens : les applis et réseaux sociaux les plus pertinents pour dialoguer avec les citoyens – Maquette numérique : un outil à la portée des collectivités pour tous leurs projets d’aménagement du territoire – Stockage de l’énergie : applications concernées et disponibilité future des technologies de stockage pour les collectivités - Prospective : comment la blockchain et l’intelligence artificielle serviront-elles la ville intelligente ?

Nouveau ! Un espace Blockchain au sein de Smart City + Smart Grid

Plus de 3,3 milliards d’objets connectés seront déployés en 2018 dans les smart cities d’après une étude du cabinet Gartner. Cette croissance exponentielle nécessite des solutions fiables pour les échanges de données et d’argent. Cette solution qui va entrer dans toutes les opérations existe et représente la première révolution informatique aussi importante que l’arrivée d’Internet…Il s’agit de la Blockchain ! Pour sa 4ème édition le Salon Smart City + Smart Grid consacre un espace dédié à tous les acteurs de la Blockchain.

Web : www.smartgrid-smartcity.com
Twitter : @salonsmartgrid
 
Publié le mercredi 21 juin 2017
SQ 250-300
Les 10 derniers articles