Lundi 25 Septembre 2017
Les 5 derniers articles
Les 5 derniers articles
Commentaires
Les 5 derniers commentaires
Le point d’entrée reste la marque qui doit rassurer, rencontre avec Philippe Samuel, Admea


Philippe SamuelPhilippe Samuel est Président Directeur Général de la société Admea. A l’occasion du MedPi 2017, il détaille sa stratégie de distribution pour la grande distribution.

N’hésitez pas à regarder la vidéo pour connaître l’intégralité des propos.


Quelle est l’actualité d’Admea ?

Philippe Samuel : En 2017, nous avons une présence massive sur le MedPi à Monaco pour mettre en avant toutes nos marques comme Schneider, Radiola ou Oxygen Audio pour les segments TV, audio ou vidéo. Nous avons également répondu présent à l’invitation des organisateurs du MedPi pour présenter nos différentes offres dans le domaine du Petit Electro Ménager (PEM) avec notamment la marque Thomson. En exposant dans le prestigieux Hall Ravel, c’est une très belle vitrine pour capter l’attention des acheteurs de la grande distribution présents cette année.
C’est uniquement la seconde année que nous proposons la marque Schneider, une très belle carte de visite, avec des produits vintages. Dans ce domaine, la partie prépondérante du CA se réalise avec des produits traditionnels comme la TV, les barres de son, les radioréveils ou plus largement tous les accessoires liés au petit audio.


Le PEM est-il plus important dans votre stratégie ?

Philippe Samuel : Nous militons depuis des années pour cette ouverture du MedPi au monde de l’électroménager dans son sens large. La tendance, même si sa mise en œuvre demande du temps, concerne la connexion de tous ces appareils en proposant des applications qui permettent de contrôler tant un réfrigérateur, un four à micro-ondes, une cafetière ou un robot de cuisine. De plus sur ce segment, même si cela reste tendu, les marges sont meilleures tant pour les industriels que pour la distribution.
Sous la marque Thomson qui est très généraliste, nous sommes présents dans les 6 familles de produits du PEM qui vont de la préparation cu
linaire, la cuisson, en passant par le soin du linge, le petit déjeuner, la beauté, … Nous profitons également du MedPi pour faire un focus très particulier sur la préparation culinaire et la cuisson avec le lancement d’un nouveau robot cuiseur connecté.

La marque est-elle le principal critère d’achat ?

Philippe Samuel : Pour le consommateur, le point d’entrée reste la marque qui doit rassurer. Dans cette logique, un nombre fort réduit de marques se partagent 80% du marché. Le second critère fondamental pour le consommateur concerne l’innovation au regard de la tendance du marché. En effet, même sur des produits très classiques comme les cafetières par exemple, il existe des tendances de mode qui durent 2 à 3 ans et permettent de passer d’un cycle de fabrication à un autre.

Comment se passe l’intégration de ces objets en mode connecté ?

Philippe Samuel : Pour prendre l’exemple du robot de cuisine connecté que nous lançons, il permet aux consommateurs de télécharger une application pour accéder non seulement aux recettes mais de disposer d’une aide en pas à pas pour cuisiner. Actuellement 250 recettes sont déjà disponibles pour cette application.
Dans le fonctionnement pratique, c’est la tablette ou le Smartphone qui deviennent les maitres et le robot qui se place esclave. L’objectif principal reste de faciliter la vie de l’utilisateur au départ en lui proposant du contenu pour en l’aidant dans la réalisation.
Dans un autre domaine (work in progress), nous préparons un radiateur connecté qui permet au consommateur de déclencher son chauffage à distance.

Publié le lundi 5 juin 2017
SQ 250-300
Les 10 derniers articles