Mercredi 28 Juin 2017
Les 5 derniers articles
Les 5 derniers articles
Commentaires
Les 5 derniers commentaires
87% des entreprises françaises envisageraient une approche Open Source du système SDS
Suse a réalisé avec le cabinet Loudhouse, une étude afin de comprendre comment les entreprises à travers le monde gèrent et stockent leurs données et comment elles réussissent à en extraire le meilleur.

Partout dans le monde, le constat majeur est le même. Les entreprises sont aux prises avec la complexité que les modules complémentaires ajoutés pour solutionner les problèmes de capacité à court terme ont créée dans leur infrastructure de stockage. Et la France ne fait pas exception à la règle, les DSI français cherchant avant tout des solutions de stockage simples. Ils se disent, en effet, mécontents de la complexité et de la fragmentation qui règnent au sein des systèmes de stockage actuellement en place dans leurs entreprises. Et l’accroissement du volume de données n'arrange rien.

Voici ce qui ressort de cette étude :
  • les deux plus grandes préoccupations en France sont d’abord la sécurité et la gouvernance des données pour 51% des sondés, suivi de l’accroissement du volume de données pour 43% d’entre eux.
  • 72% des entreprises françaises ont ressenti au cours des deux dernières années une forte nécessité de rendre leur informatique plus agile. 61% d’entre eux précisent d’ailleurs qu’il leur est très difficile d’allier stockage et agilité.
  • Au cours des 12 prochains mois, les deux priorités en matière de gestion des données des entreprises françaises seront la simplification de la collaboration et de l’innovation (56%) ainsi que la simplification du stockage (53%).
  • les principaux facteurs de mécontentement liés aux solutions de stockage existantes portent sur le coût global (79%), les performances (76%) et la complexité (74%).
  • 80% des interrogés pensent que les entreprises de leur secteur doivent revoir leur approche en ce qui concerne le stockage au cours des 12 prochains mois afin de ne pas mettre leur structure en danger.
  • les systèmes de stockage les plus utilisés sont le stockage sur disque (62%), suivi des systèmes hybrides combinant une mémoire flash et un disque dur (58%), puis de la mémoire flash (30%).
  • seules 8% des entreprises françaises utilisent actuellement le SDS, alors que 95% d’entre elles indiquent qu’elles sont plutôt intéressées, voire très intéressées par le SDS. En outre, l’utilisation du cloud (54%), la mobilité (45%) et l’Internet des objets (38%) sont considérés, sur le marché, comme des accélérateurs clés de l’adoption du SDS.
  • 87% des entreprises françaises envisageraient une approche Open Source du système SDS.
"Alors qu’il existe un fort intérêt pour le SDS, la première question que se posent les DSI est bien de savoir comment le SDS va pouvoir s’intégrer aux systèmes existants sans pour autant y ajouter de la complexité, indique Thomas Di Giacomo, Chief Technology Officer chez Suse. La simplicité de déploiement, de migration progressive et de maintenance, sont des atouts essentiels du SDS". Les entreprises françaises sont en train de le réaliser.
Publié le lundi 10 avril 2017
SQ 250-300
Les 10 derniers articles