Dimanche 22 Octobre 2017
Les 5 derniers articles
Les 5 derniers articles
Commentaires
Les 5 derniers commentaires
2017 : les principales résolutions des entreprises,
Par Keith Tilley, Vice-Président exécutif, Sungard AS
Fin 2015, nous pensions que l’année 2016 serait placée sous le signe de la complexité. Nous n’avions pas tort, à ceci près qu’au fil des mois, les choses ont pris un tournant inattendu. Secoué par des événements que rien n’avait laissé entrevoir des deux côtés de l’Atlantique, le monde est entré dans « l’Ère de l’Inconnu ».

Tout bouleversement amenant son lot d’opportunités nouvelles, les entreprises ont tout intérêt à se tourner résolument vers l’avenir. Chaque nouvelle année est un nouveau départ. Désireux de penser différemment, nous avons créé une liste de résolutions essentielles qui aideront les entreprises à affronter l’année tumultueuse qui s’annonce.


Moderniser la stratégie de votre data centre
Pour réussir, les entreprises doivent impérativement adopter des pratiques numériques modernes. Or, le paysage informatique se complexifie et les systèmes informatiques en place peuvent freiner l’innovation. Les entreprises ont donc besoin d’une stratégie de data centre compatible avec des fonctions informatiques hybrides.

Le data centre moderne doit prendre en charge les modèles informatiques hybrides et être suffisamment robuste pour garantir la sécurité des données et la disponibilité permanente des services. Et ce, pour répondre aux attentes des entreprises car les utilisateurs finaux, en interne et en externe, ne sont pas prêts à transiger. Moderniser le data centre sans interrompre l’activité et en assurant le niveau de sécurité requis n’est pas une mince affaire.

La mise en place d’une infrastructure capable de produire les résultats escomptés comporte de nombreux aspects qui obligent de plus en plus les entreprises à faire appel à des spécialistes des data centres.


Savoir où vos données résident
Les événements de 2016, et leurs répercussions en 2017, vont, à n’en pas douter, remettre le sujet de la souveraineté des données au premier plan. Les entreprises auront tout intérêt à savoir précisément où leurs données sont stockées, sauvegardées, déplacées et restaurées, et qui peut y avoir accès à chaque étape. Le Brexit n’a fait que multiplier les questions sur la conformité des données et les lois y afférentes. Questions sur lesquelles les entreprises vont devoir se pencher avec beaucoup plus d’attention.

La législation sur les données est appelée à changer régulièrement, et les réglementations locales et nationales sont souvent un véritable casse-tête pour les grandes entreprises. Il sera indispensable de trouver un fournisseur tiers qui aborde la question de l’accès aux données et de leur localisation de façon ouverte et honnête, et qui puisse proposer des solutions globales permettant de respecter les réglementations.


Avoir la technologie ou renoncer à ses talents
Selon une étude que nous avons réalisée en 2016, plus de 20 % des employés ont quitté leur emploi parce qu’ils estimaient ne pas avoir accès aux dernières technologies numériques en date. Le nombre de postes où la technologie joue un rôle de plus en plus important augmente. Les entreprises qui ne sont pas à l’écoute de leurs employés et n’investissent pas dans les outils dont ils ont besoin peuvent donc rapidement accuser une baisse d’effectif.

Ce serait cependant une erreur de ne miser que sur les investissements et les technologies pour résoudre le problème. Pour éviter une réticence au numérique en interne, il faudra à tout prix instaurer une culture de l’agilité dans l’entreprise. Les précurseurs de la technologie peuvent contribuer à généraliser son adoption s’ils sont approchés pour rallier les autres employés à leur cause. Une fois que le personnel commence à accepter le changement, les technologies futures sont plus simples à intégrer ; les taux d’adoption augmentent et l’impact sur l’activité est plus rapide.


Engager un responsable de la formation au numérique
Pour garder le cap dans une période marquée par l’incertitude, les entreprises ont besoin d’employés compétents et dotés d’une bonne faculté d’adaptation. Elles peuvent certes embaucher, mais il est tout aussi important de former les effectifs en place, le recrutement ou la nomination d’un responsable de la formation numérique pouvant alors s’avérer nécessaire.

Occupant une fonction transversale, ce responsable est chargé de faire monter les employés en compétences dans le domaine des technologies numériques. Il doit également leur donner les moyens de tirer le meilleur parti des derniers outils numériques en date : les plates-formes sociales du type Yammer, mais aussi les applications plus complexes, propres à une division, comme l’outil mobile de gestion de la relation client d’une équipe commerciale (CRM). Les réseaux sociaux et les médias numériques font partie intégrante de notre vie. Le responsable de la formation numérique doit donc veiller à ce qu’ils soient également adaptés à l’activité commerciale de l’entreprise.

Une seule certitude : rien n’est sûr ! Qu’elles soient d’ordre politique, environnemental, sociétal ou technologique, les difficultés n’épargneront pas les entreprises. Leurs dirigeants doivent donc être conscients des principales vulnérabilités et opter pour des solutions garantissant l’accès permanent à l’entreprise, comme les clients l’exigent. Les ressources humaines, les technologies et les processus requis existent déjà. Il est possible de faire appel à un partenaire proposant des services cloud ou des managed services, car il aidera les entreprises à avancer dans une conjoncture incertaine tout en restant innovantes et compétitives.
 
Publié le mercredi 15 mars 2017
SQ 250-300
Les 10 derniers articles